logo du site

— Association suisse des assurés, section romande —

— Association suisse des assurés, section romande —

 

Le Blog

Votre recherche : Décembre 2019


Communiqué de presse ASSUAS du 12 décembre 2019

2019-12-13

L’ASSUAS-Genève a pris connaissance des accusations contraires à la vérité de mauvaise gestion de la part du député MCG François Bärtschi dans l’émission « les yeux dans les yeux » sur Léman Bleu du lundi 09 décembre 2019.

Pour mémoire, ASSUAS-Genève est une association à but non lucratif, subventionnée par le canton, au service de la population genevoise et dont le bilan est exemplaire (voir communiqué de presse précédent). Elle est dirigée par un comité entièrement bénévole dévoué à la cause des assurés.

Il est piquant de constater que le seul reproche du député François BAERTSCHI à l’encontre de l’ASSUAS-Genève concerne le licenciement d’une secrétaire à une époque où François BAERTSCHI lui-même siégeait au comité directeur de l’association…

Sans entrer dans les détails, on relèvera ici que le licenciement était justifié par un comportement indélicat de ladite secrétaire à une époque antérieure où le même François BAERTSCHI était président de l’association...

Relevons encore que ladite secrétaire n’a pas poursuivi l’association en justice.

Vu les accusations graves, mais néanmoins fausses, colportées par François BAERTSCHI à l’encontre de l’ASSUAS-Genève et qui ne sont en réalité qu’une manœuvre bassement politique pour régler des comptes avec son Président actuel, le comité directeur de l’association a décidé de saisir la Cour des comptes pour qu’elle procède en toute indépendance à un contrôle de son bon fonctionnement.

Jean-Paul Derouette
Président de l’ASSUAS




L’ASSUAS perd sa subvention cantonale

2019-12-04

Les Yeux dans les Yeux
Jean-Paul Derouette – Président de l’ASSUAS GE (Association Suisse des Assurés)




Communiqué de presse

2019-12-02

La section genevoise de l’ASSUAS, Association Suisse des Assurés, a appris avec consternation vendredi 29 novembre 2019 que, lors de sa dernière séance, la Commission des finances du Grand Conseil, sous l’impulsion de ses membres MCG, dont pourtant un ancien Président de l’association, avait biffé la subvention de 38'584 frs que l’association percevait chaque année de la part du Canton de Genève.

Dans l’urgence et pour assurer la pérennité financière de l’association, son Comité directeur a donc dû prendre la douloureuse décision de se séparer d’un de ses collaborateurs à la veille de Noël.

Pour mémoire, l’ASSUAS : c’est une association apolitique, reconnue d’utilité publique et qui a pour but la défense juridique de toute personne qui rencontre une difficulté avec les assurances sociales, telles que l’AI, l’assurance-maladie, l’assurance-accidents, l’assurance-chômage, les prestations complémentaires ou encore la LPP ou l’AVS. L’ASSUAS accompagne également les personnes nécessiteuses dans leurs démarches auprès de l’assistance publique.
Elle pratique des tarifs bas et recrute son personnel presque exclusivement auprès de l’assurance-chômage.

L’ASSUAS c’est aussi, en 2018, 989 membres, 259 dossiers traités, 82% de réussite, y compris devant les tribunaux cantonaux des assurances sociales, et au moins autant d’utilisateurs satisfaits, le dernier rempart contre les assureurs.
La décision de la commission des finances a pour effet de mettre en péril les services que l’association rend à la population genevoise. Son comité directeur, par la décision difficile d’avoir dû se séparer d’un collaborateur nécessaire au bon fonctionnement de l’association, a pu assurer, dans l’urgence, la pérennité de ses activités.

Elle constate toutefois la limitation dorénavant de ses moyens d’action au service notamment des plus démunis.

Il est scandaleux de constater qu’une association apolitique puisse faire l’objet d’une prise en otage et ainsi devenir la victime collatérale de luttes intestines à un parti politique.

Dans ce contexte les membres du Comité directeur de l’ASSUAS, qui ne doutent pas que la décision de la Commission des finances repose sur des considérations erronées, se mettent à la disposition des députés du Grand Conseil pour toutes précisions utiles. Il appelle ainsi les députés à revenir sur une décision inique.

Il serait dommage que les politiques tuent le Don Quichotte contre les assureurs.

Président ASSUAS section genevoise et romande
Jean-Paul Derouette